Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Y'en a vraiment qui débloguent...

Journal de bord d'un navigateur du web. Commentaires sur l'actualité, la société, la politique, les femmes, le sexe, l'âge, la vie...

Le QI c'est cuit !

J'ai lu un article de Laetitia Strauch-Bonart, La bataille du QI (Le Point), où elle suggère que le QI ne donne qu’une idée très approximative de ce qu’est l’intelligence. Il y manque, selon elle, ce qui fait la différence entre le réel et le virtuel, à savoir la présence d’un enjeu. Elle cite Nassim Nicholas Taleb, l'auteur du Cygne noir, pour qui dans la vraie vie, lorsqu’on nous pose une question, nous ne cherchons pas d’abord à y répondre, mais à comprendre pourquoi on nous la pose, car l’enjeu n’est pas de trouver la bonne réponse, mais de survivre.

Je crois avoir compris l'idée et je voudrais vous faire partager le fruit de mes réflexions. Imaginons par exemple que vous êtes au volant de votre voiture et que vous vous faites arrêter par un policier. Il vous dit de couper le contact puis vous demande : "Vous savez pourquoi je vous contrôle ?" Supposons, parce que vous êtes quelqu'un qui aime aller au fond des choses, que vous décidiez d'envisager la question sous tous ses angles, en examinant l'ensemble des réponses possibles sans vous laisser impressionner par le contexte, un peu comme si vous cherchiez à faire le point des connaissances sur la conduite à adopter face aux forces de l'ordre, et que vous choisissiez au hasard parmi toutes les réponses qui vous sont venues à l'esprit, celle-ci : "Parce que vous n'avez que ça à foutre !" 

Pensez-vous que votre audace intellectuelle sera récompensée, que vous ferez l'objet d'un article dans le journal local à une autre rubrique que celle des faits divers, en deux mots, qu'on vous prendra pour un savant plutôt que pour un délinquant ? Je ne peux pas répondre à votre place. Car si vous êtes doté d'une imagination qui dépasse très largement les frontières du réel, l'éventail des réactions potentielles d'un policier dans l'exercice de ses fonctions vous paraîtra très ouvert. Rien ne vous interdit même d'envisager que ce policier devienne votre ami dans un futur proche, vous invite à des barbecues et apprécie vos blagues au point de vous taper familièrement sur le ventre. Si vous parvenez à vous maintenir dans cet état d'esprit vous interpréterez alors sa réplique sous un jour des plus favorables : "Ah je vois, monsieur est un comique !"

J'ai placé un point d'exclamation mais vous pourriez tout aussi bien penser qu'il s'agit là encore d'une question et être à nouveau tenté d'y répondre avec la bonne volonté qui vous caractérise. Mais un soupçon soudain vous gagne. Malgré toute la sympathie qu'il vous inspire, ce policier ne va-t-il pas un peu trop loin ? Vous connaissez les règles de la communication qui veulent que sous les mots se cachent des intentions qui parfois brouillent le message, des sous-entendus qui font entendre, mezzo voce, une vilaine petite musique. Vous comprenez que ce représentant de l'ordre met en cause vos capacités humoristiques qui sont, avec la bière, l'un des deux piliers de votre existence. Vous doutez aussi de son intérêt sincère pour la richesse de votre répertoire et déçu comme un amoureux trahi, vous lui lancez avec amertume : "Ouais et alors ?! J't'emmerde !"

À ce point de l'histoire, je vous laisse deviner à quel degré d'engagement est parvenue la relation entre ce policier et vous. Il se peut que vous preniez alors conscience que "l’enjeu n’est pas de trouver la bonne réponse, mais de survivre".

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article