Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Y'en a vraiment qui débloguent...

Journal de bord d'un navigateur du web. Commentaires sur l'actualité, la société, la politique, les femmes, le sexe, l'âge, la vie...

Expr. : "avoir une haleine de Coyote"...

Malgré une hygiène buccale discutable, Coyote pourra "continuer d’informer en temps réel des dangers de la route". Ainsi en a jugé le Conseil constitutionnel, mercredi. Les automobilistes continueront ainsi à partager des informations routières, y compris sur les contrôles de vitesse. Le Conseil constitutionnel avait été saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) par le Conseil d’État en septembre, à la suite d'une requête du fabricant de systèmes d’aide à la conduite et à la navigation. Les avocats de Coyote avaient reproché à ces dispositions "de porter atteinte à la liberté d’expression et de communication", "une atteinte qui ne serait ni nécessaire, ni adaptée, ni proportionnée à l’objectif poursuivi par le législateur".

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a rappelé l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme." "Ce droit implique la liberté d’accéder à ces services et de s’y exprimer", note-t-il dans un communiqué. Le directeur général de Coyote y voit "une reconnaissance officielle supplémentaire de la contribution de nos outils à la sécurité routière"

Dans le folklore amérindien, le coyote occupe une place de choix. C'est un fripon qui se rebelle contre les conventions sociales grâce à la tromperie et à l'humour. L'intelligence et l'adaptabilité de l'animal sont sans doute à la base de cette aimable fantaisie. Après la colonisation, il a perdu ce caractère charmant pour apparaître, aux yeux des européens, comme un animal lâche et indigne de confiance.

Mais trêve d'animalraillerie...

Je comprends désormais mieux pourquoi les policiers ne peuvent plus intervenir dans certains quartiers dits "sensibles" ! Ils n'ont pas le droit de s'opposer à la liberté d'expression des "choufs" (guetteurs) qui crient : "Ara ! Ara !" (c'est le verlan de "ara") dès qu'ils suspectent l'ombre d'un keuf. Je ne sais pas si le droit d'expression s'étend aux insultes. Mais si ce n'est pas le cas, il serait bon d'y remédier afin de rétablir l'équilibre que le droit au blasphème menace dangereusement, surtout quand il est exercé par les caricaturistes d'obédience laïque... encore vivants. Tout le monde serait content...

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article