Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Y'en a vraiment qui débloguent...

Journal de bord d'un navigateur du web. Commentaires sur l'actualité, la société, la politique, les femmes, le sexe, l'âge, la vie...

Koh-Lanta, en baisse d'audience, rétablit la peine de mort

Fortement concurrencée par Squid Game, Koh-Lanta a décidé de rétablir la peine de mort. Les téléspectateurs sont invités à se prononcer comme le ferait un jury d'assises. Et comme le font parfois les jurys d'assise, celui de Koh-Lanta s'est laissé aller avec gourmandise au lynchage. Ces bons jurés accusent des participants de l'émission d’avoir dénoncé un autre "aventurier", un certain Teheiura, natif des îles. Il a reçu de la nourriture de la main d’un pêcheur polynésien par solidarité communautaire, a avoué et a été disqualifié. Les supposés délateurs sont menacés de mort par le jury, ce qui rappelle la justice façon Cosa Nostra… L'Hydre de la Haine a même trouvé une cible parfaite, une ex-fonctionnaire de police, Christelle. Cosa Nostra vous dis-je...

Les producteurs de l'émission doivent être contents : les spectateurs se sont véritablement pris au jeu comme autrefois les Romain décidant de la mise à mort d'un gladiateur. C'est bien d'encourager les vocations et de surfer sur la tendance populacière. L'assassinat de Samuel Paty avait montré que l'envie était là...

Ces émissions de télé-réalité reposent, notamment, sur le conflit, la fourberie et la tromperie, tout ce qui fait le charme des bas-fonds. C'est bon pour l'Audimat : le populaire bien crade, ça soulage le spectateur. Il paraît que ces émissions fédèrent toutes les classes, ceux qui s'y reconnaissent et ceux que la bêtise émoustille. Comme ce ministre de la justice, ex-avocat et grande gueule qui, avec des relents de midinette, avoue ne pas pouvoir s'empêcher de regarder. "Je suis fasciné par la télé-réalité", a confié Éric Dupond-Moretti, début mars sur le plateau de C à vous. "Les Marseillais j'adore, je connais tout par cœur !" Qu'il est loin le temps où, quand M6 lançait Loft Story, les intellectuels criaient au scandale en lui reprochant au mieux de faire entrer la "télé poubelle" chez les Français, au pire de créer un "camp de concentration" moderne. Personnellement, je trouve que ces camps avaient au moins le mérite de révéler le peu de grandeur d'âme qui avait survécu à l'écroulement des valeurs : la solidarité entre les déportés, la condamnation des inévitables égoïsmes, l'entraide sans aveuglement. Ce qui ne m'étonne pas de la part des robins. Ils y retrouvent avec plaisir et non plus par obligation, le parfum des prétoires, et plongent à nouveau avec délice dans la fosse où la fange humaine les berce de ses miasmes puissants. 

J'ai du mal à faire la différence entre Les Marseillais et un match OM-PSG, à part un supplément de femmes aux lèvres de mérou et aux postérieurs envahissants. Même coupe de cheveux en paillasson, même corps de RoboCop en caleçon, mêmes tatouages de Malabar. Ils s'insultent, se jettent leurs affaires à la tête ou par la fenêtre puis viennent pleurer comme des baleines au “confessionnal”. On dirait une conférence de presse d'après match.

Ou bien le zoo de Beauval...

Les mâles, qu'on dirait pourtant épilés et maquillés, sont classés selon leur capacité à se battre, leurs muscles, leur détermination, leur agressivité. Les femelles sont juste là pour attiser la compétition et se balader avec leurs claquettes comme si elles sortaient du lavage. Le seul aspect rafraîchissant, c'est qu'on les traite régulièrement de "pute" ou de "salope", et qu'elles se défendent en remettant en cause la virilité de leurs prétendants. On sent alors, avec émotion, leur envie pressante d'être maman...

Si vous vouliez cependant, éventuellement savoir comment on rend la justice en dépassant la médiocrité qui borne les ambitions, alors regardez L'Hermine, un chef d'œuvre, avec l'incomparable Lucchini, ce puits d'inspiration.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article