Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Y'en a vraiment qui débloguent...

Journal de bord d'un navigateur du web. Commentaires sur l'actualité, la société, la politique, les femmes, le sexe, l'âge, la vie...

Squid Pol Game

Il faut réenchanter la politique. C'est une question de vie et de mort ! Pour la démocratie, bien entendu. En revanche, le personnel politique a une fâcheuse tendance à s'accrocher à une fonction dont les avantages ne sont pas que symboliques. Le problème est sans doute là. 

Sciences Po l'a bien compris qui vient de se choisir un directeur aux semelles de vent, Mathias Vicherat. Il reste au maximum deux ans dans les emplois qu'il occupe depuis sa sortie de l'ENA. On peut en tirer plusieurs conclusions : soit il est tellement incompétent qu'on lui fait comprendre très vite qu'il devrait en faire profiter un autre employeur au nom de l'égalité des chances. Il est rare en effet, qu'animé par une sorte d'altruisme archaïque, on veuille faire bénéficier les autres des compétences d'une perle rare. Par définition, l'avantage compétitif ne se partage pas… de bon gré. Soit il comprend lui-même qu'il est incompétent et qu'il vaut mieux qu'il parte avant qu'on ne le découvre (l'ENA ne traque pas l'incompétence ; elle cherche simplement à persuader ses élèves qu'ils sont les meilleurs... par l'hypnose au besoin). 

On me dira : comment se peut-il qu'une école aussi prestigieuse que l'ENA laisse sortir des gens incompétents ? Et bien, vous me croirez ou pas, mais en faisant quelques recherches, j'ai découvert qu'il y entre plus d'élèves qu'il n'en sort. Autrement dit, l'ENA garde les meilleurs élèves à l'intérieur de ses murs et laisse partir les autres. Je pense, sans vouloir trop m'avancer... par crainte des représailles, qu'elle doit abriter une sorte de couvent avec une maison de retraite… et peut-être un cimetière en sortie de parcours. Quel est le rôle de ces moines ? A priori aucun… Donc, les meilleurs ne font rien et les mauvais le font mal. L'ENA a certainement sa place au sein de la République mais elle est peut-être encore à définir...

Soit (je n'en ai pas encore fini car je sens que ce sujet vous captive…), il comprend que sa compétence n'est pas comprise à cause de l'incompétence de ceux qui l'emploient (si son incompétence n'était pas comprise, il serait évidemment resté, ce qui est le cas le plus courant dans les administrations françaises…).

Mais j'ai peur de m'être un peu égaré comme les héros de The Maze Runner dans leur labyrinthe, car, si j'ai bien compris en me relisant depuis le début, je voulais traiter du réenchantement de la politique… Je vais malheureusement devoir faire assez court car le sujet ne m'enchante guère… Qu'il me soit donc permis cette modeste proposition : je pense que pour animer (réanimer) les primaires, il faudrait s'inspirer de Squid Game. Cela introduirait un suspense propre à réveiller l'opinion et permettrait en éliminant radicalement les candidats, de renouveler à terme, le cheptel politique. 

Le jeu serait plutôt à base de questionnaires car vu l'état de départ des candidats, s'il s'inspirait de Koh-Lanta, il finirait avant d'avoir commencé avec l'élimination physique des candidats (je ne parle même pas de la sélection préliminaire sur dossier médical…). Les questions tourneraient inévitablement autour du prix de la baguette de pain, du nombre de centrales nucléaires en activité, etc. ce qui n'intéresse personne comme d'ailleurs les questions du Trivial Pursuit (surtout en anglais), l'important étant de se gargariser de son intelligence, d'insulter ses adversaires et d'en venir aux mains comme dans les meilleures séquence de Touche pas à mon proche… désolé… erreur de frappe… à mon poste !

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article