Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Y'en a vraiment qui débloguent...

Journal de bord d'un navigateur du web. Commentaires sur l'actualité, la société, la politique, les femmes, le sexe, l'âge, la vie...

Sous le soleil de Satan… exactement

On m'a demandé si j'avais rencontré Dieu… Pas personnellement, mais un ami d'un ami m'en a parlé. C'est un type qui vit à Nantes, dans une grande bâtisse avec des fenêtres très hautes et colorées. L'aménagement intérieur est un peu bizarre et ressemble à une salle de cinéma mais comme il n'y a pas de rideaux pour occulter la clarté venue du ciel, les images projetées sur un écran seraient beaucoup trop pâles. Les séances ont plutôt lieu le soir, d'ailleurs, et la lumière n'est alors plus un problème. Mais ce sous-ami reçoit assez peu en ces temps de doute.

Quand je l'ai félicité sur son intérieur, il m'a interrompu : "Mon fils, ici, c'est la maison de Dieu !" J'ai alors compris qu'il était simplement locataire sans trop m'interroger sur cette drôle d'apostrophe : "Mon fils"... Je m'attendais plutôt à "Mec", à la rigueur "Frère" quoique, dans ce cas, ça vise une autre clientèle, d'après ce qu'on m'a dit…

Que son propriétaire soit Dieu, je m'en foutais un peu mais lui, pas. Il a tenu absolument à m'en parler en passant son bras gauche au-dessus de mes épaules et j'ai compris qu'il m'invitait à déambuler au milieu des travées pour me délivrer SA parole...

Alors que la Vérité commençait à se frayer un chemin dans mon cerveau, on tambourina à la porte avec une véhémence qui n'annonçait rien de bon. 

- Mon père, Satan est à nos portes !

- Allons mon fils, relevez-vous…

- On nous a dit que l'évêché avait autorisé, ce soir, le concert de l’artiste suédoise Anna von Hausswolff… Dites-nous que vous ne trempez pas dans cette combine !

- Mon fils, mon fils ! Je reconnais bien là votre fougue prosélytique… mais face à l’obscurantisme, n'avons-nous pas, plus que jamais, besoin de la lumière des arts et de la culture ?

- Vous plaisantez ! Cette créature est une chanteuse, pianiste, organiste et autrice-compositrice de post-metal et de rock expérimental. Dans l’une de ses chansons, Pills, elle évoque l’addiction à la drogue et dit avoir "fait l’amour avec le diable"... "fait l’amour avec le diable" ! Elle l'avoue elle-même ! Elle s'est donnée au Malin de son plein gré !

En mon for intérieur, je pensais que chacun est libre de s'accoupler avec qui bon lui semble mais que si le but n'est pas la procréation, l'homme responsable n'assurera son salut et celui de ses successeurs, qu'en mettant un préservatif… "à malin, malin et demi"...

- Comme vous y allez mon fils ! Je trouve que vous n'avez pas le recul nécessaire pour juger, en toute impartialité, la position de l'Église dans cette affaire. Rien ne nous autorise à pratiquer la censure. Ce n’est en tout cas pas notre conception d’un projet de société fondé sur le dialogue et l’ouverture culturelle…

- Mon père, malgré tout le respect que je dois à votre ministère, nous ferons tout pour empêcher la tenue de ce concert. Les œuvres, les titres, les pochettes et les clips de cette soi-disant artiste témoignent d’œuvres enracinées dans le gothique et le satanisme !

Et nous voilà pris en otages dans cette maison où Dieu avait apparemment du mal à faire la loi, un peu comme dans ces locations patronnées par Airbnb où le propriétaire voit son appartement transformé en rave-party géante alors qu'il croyait avoir accueilli un couple de paisibles retraités.

Le soir venu, nous entendîmes derrière la lourde porte des salves d'invectives auxquelles répondaient des "Je vous salue Marie" inspirés. Le combat s'éternisa jusqu'à l'aube, je crois, entre les soldats de Dieu et les légions du Diable… car j'avais fini par m'endormir au pied de l'autel à côté du prêtre qui n'avait cessé de prier… du moins, je l'espère...

De retour chez moi, le lendemain, je découvris dans mon Ouest-France, les commentaires qu'avait suscité cet épisode agité. "Une poignée de radicaux intolérants provoque l’annulation d’un concert à N-D du Bon-Port", dénonçait Bassem Asseh, premier adjoint à la mairie de Nantes. De son côté, Aymeric Seassau, adjoint à la Culture, nous éclairait sur la portée de cette atteinte aux droits imprescriptibles de l'Art : "Quelques intégristes ont donc réussi à empêcher un concert. (…) Cela nous renforce dans l’idée que face à l’obscurantisme, nous avons plus que jamais besoin de la lumière des arts et de la culture". Il me semblait avoir déjà entendu ce couplet. Y avait-il une alliance entre la fraction la plus éclairée de l'Église et les élus progressistes de la mairie de Nantes ? Mon soupçon fut confirmé en découvrant sur le blog Salon beige (qui se définit comme tenu par "des laïques catholiques") que le concert devait initialement se tenir dans l’église Saint-Clément, "qui accueille la messe traditionnelle à Nantes", mais qu'il avait été déplacé dans l’église Notre-Dame du Bon-Port, jugée plus ouverte…

Maintenant que je commence à connaître Dieu, je m'interroge… LUI a-t-on caché ces manigances, était-IL au courant ou même… les a-t-IL inspirées ? Car enfin, ne se trouve-t-on pas là dans le cas de figure illustré de façon magistrale par le meeting de Villepinte et qui a enfanté la jurisprudence Zemmour (on peut frapper les militants d'extrême-gauche quand ils viennent foutre le bordel) ? Je n'ai pas oublié que certains à droite et même plus, ont condamné l'intrusion diabolique des suppôts de SOS Racisme au concert… au meeting d'Éric Zemmour à Villepinte le 5 décembre ! Le porte-parole du RN Sébastien Chenu a condamné sur France 2 "toutes les formes de violences". Mais il s'est empressé d'ajouter : "d’un autre côté, imaginez Génération identitaire allant dans un meeting de Jean-Luc Mélenchon. Sincèrement, il y a un côté provocation inutile destinée, probablement, à perturber", jugeant qu’aller "dans les meetings de ses adversaires pour semer la pagaille" n’était "pas responsable"... mais peut-être inespéré. Car comme s'en inquiète Jean-François Kahn dans un article du Point ("Fa, antifa, la dialectique infernale"), depuis que Marine Le Pen a viré sa cuti, les antifas n'avaient plus grand chose à se mettre sous la dent. La venue d'Éric Zemmour fut, pour eux, une divine surprise ! Ce messie d'un nouveau genre ne ressuscite-t-il pas les fantasmes que l’ultra-gauche se plaît à agiter ? Imaginez, nous propose JFK "qu’à l’occasion d’un meeting de Mélenchon, quelques activistes, installés au dernier rang, se lèvent, leur tee-shirt proclamant en grosses lettres "Liberté pour le Venezuela !" et qu’immédiatement, ils soient tabassés par des activistes Insoumis. Comment les médias conservateurs réagiraient-ils ?" 

Les antifas se désespéraient donc de ne plus avoir de combat à mener et de ne pouvoir ainsi réparer la lâcheté de leurs ascendants dans ces temps où les ennemis n'étaient pas en carton-pâte. "Et voilà même qu’à Villepinte, Zemmour reprend à son compte, mot par mot, adjectif par adjectif, phrase par phrase, image par image, très exactement (vérifiez…), tous les éléments qui caractérisèrent la rhétorique ouvertement fasciste dans les années 1930. [...] Ils l’auraient payé pour ça ! Alors, fort de ce royal cadeau, ils offriront à leur tour à cette nouvelle ultra-droite, comme ils le font toujours, comme ils le firent systématiquement en Amérique latine, le type d’argument musclé qui lui permettra de se présenter en victime. Infernale dialectique dont on sait sur quoi, trop souvent, elle débouche. Si les démocrates n’y mettent pas le holà."

Il faudra bien que Dieu choisisse SON camp... à moins… à moins qu'IL n'ait, tout simplement, décidé de foutre le bordel dans SA maison ? 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article