Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Y'en a vraiment qui débloguent...

Journal de bord d'un navigateur du web. Commentaires sur l'actualité, la société, la politique, les femmes, le sexe, l'âge, la vie...

Les chercheurs d'Orpea

Les chercheurs d'Orpea, chercheurs en économies au sens domestique, s'en sont apparemment donné à cœur joie ces dernières années. La cuisine qu'on nous sert m'a toujours fait penser, avec une certaine nostalgie, à celle des cantines de l'armée lorsque je faisais mon service militaire. Pour ce qui est des couches, je n'ai pas participé aux essais sur l'étanchéité en double aveugle, puisque je n'en suis pas encore à ce stade que ce soit pour la vision ou pour la miction.

Bon, c'est vrai, le détournement d'argent public peut, pour certains, apparaître comme un problème mais certainement pas pour ceux qui ont fait l'effort de comprendre où allaient les économies ainsi réalisées sur le dos des résidents. N'est-il pas préférable, en effet, de nourrir les actionnaires plutôt que les vieux… surtout si les actionnaires sont aussi des vieux ? Les entreprises françaises sont globalement aux mains des fonds de pension américains si bien que les pauvres retraités français se sacrifient, en réalité, pour les plus ou moins riches retraités américains. Après tout… ce n'est que justice… Attendez, attendez… je vous entends gueuler d'ici. Qui nous a délivré du joug nazi, hein, qui ?

Bien sûr, je n'ignore pas que les électeurs de Zemmour auraient préféré que l'Occupation se prolonge jusqu'à nos jours et qu'on ne rende pas à leurs descendants, les biens volés aux juifs … Et je sais aussi que le régime de Vichy, avec le génie de la communication qu'on lui connaît, sut présenter les restrictions et le rationnement comme des mesures de contrition, une sorte de rachat pour le pardon des errements passés (quand on veut, on trouve toujours de quoi se repentir, c'est pas ça qui manque : les noirs, les harkis, les femmes battues,  Lady Di, le faucon crécerellette, la méduse de Vilo, les trains de nuit, la primaire populaire, Jeffrey Epstein…). Je pense qu'aujourd'hui, les retraités français sont dans le même état d'esprit que ceux qui ont battu en retraite devant la Blitzkrieg en signe de bonne volonté, prêts à se sacrifier pour le bonheur des retraités de tous les pays. Nous accueillons déjà leurs enfants grâce à un généreux programme d'immigration mais comme les vieux, leurs parents, ne peuvent plus se déplacer, sauf pour leur visite médicale annuelle aux frais de la Sécu, nous avons décidé de financer, en distanciel, leur train de vie dans leurs ehpad nichés au fond des golfs verts. Nous n'attendons aucun remerciements, c'est notre nature. La France est la bonne fille aînée de l'Église. J'ajouterais, à l'intention de ceux qui se passionnent pour la géopolitique en chambre, que les fonds de pension allemands se nourrissent aussi sur la bête, comme en 40. Il faut toujours revenir aux fondamentaux pour comprendre les problèmes du jour… et relativiser.

La seule chose que l'on pourrait regretter, et là j'essaie de me faire le porte-parole des partisans de la France insoumise qui ont quand même attendu le départ des Allemands pour manifester bruyamment leur esprit de résistance, c'est qu'Orpea n'ait pas recherché l'assentiment explicite des résidents. Je suis sûr que ceux qui sont encore lucides auraient applaudi des deux mains ou du moins manifesté leur enthousiasme en usant au mieux des quelques facultés motrices qui leur restent, pendant que les aides-soignantes, débordées, ne s'occupent pas d'eux.

Vive la République, vive la France !

 

Écrit en janvier de l'an 2022 du fin fond d'un EHPAD, quelque part en France

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article